5 février 2015 – 20 mars 2015

Pour sa onzième expérience, La vitrine am invite Sépànd Danesh, artiste peintre franco-iranien. Dans ses travaux les plus récents, la recherche de Sépànd Danesh s’est focalisée sur un lieu à la fois banal et complexe: le coin. Le coin incite à la verticalité́. Il est à la fois chute et élévation. Dans le répertoire religieux – notamment celui des rituels et des actes de foi – c’est l’emplacement de l’Autel et de l’accrochage des icones. Le coin bloque, piège, empêche le mouvement. Il immobilise tout élan. Il est le lieu de recueillement et de fixation des images mentales. C’est tant le lieu de l’ascension spirituelle que de la punition. Mais au delà de son caractère ambivalent, c’est surtout le potentiel de cloisonnement de cet espace angulaire qui fascine l’artiste. Car une fois que notre vision s’y projette, elle se fixe et se coince. Il n’y a pas d’échappatoire. La seule issue est la confrontation. Le regardeur est renvoyé́ dans un coin mais il n’est pas châtié pour autant. La punition, s’il en est une, est la prise de conscience. Il suffit de se détourner du coin pour reprendre toute liberté́. La peinture serait-elle un moyen de se confronter au choix de se détourner?   Légende Photos :Exposition Sépànd Danesh à La vitrine am  © Moho